Forum RPG Yaoi NC+18 Futuriste.
 

Tout ce qui brise [Terminé !]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Formalités :: Présentations :: Hybrides Validés
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 9
MessageSujet: Tout ce qui brise [Terminé !] Lun 24 Sep - 21:47
© Arrogant Mischief sur Never Utopia
Hadrien

« Vous me demandez mon avis, monsieur ? »




۞ NOM : -
۞ PRÉNOM(S) : Hadrien
۞ SURNOM : -
۞ AGE : 36 ans
۞ DATE DE NAISSANCE : 17 Octobre
۞ HYBRIDATION Chauve-souris Brune
۞ NATIONALITÉ : Américain
۞ ORIENTATION : Ambi
۞ PROFESSION : Esclave
۞ RACE: Hybride
۞ SIGNES PARTICULIERS : Une cicatrice tout près de l'oeil droit, vestige de sa maladresse légendaire. Il y a presque laissé un oeil. Presque. Il a depuis été augmenté technologiquement pour "voir" par réverbérations sonores.
۞ AVATAR : Aizawa Shouta -  Boku no Hero Academia


DESCRIPTION PHYSIQUE

Un épouvantail.

Hadrien se tenait voûté, penché sur un livre posé contre ses genoux croisés en tailleur. De dos, il n'était qu'une masse de cheveux noirs emmêlés par une nuit passée à veiller à la faible lueur de l'extérieur. Les yeux plissés par sa très mauvaise vue, il avait parcouru les lignes d'un vestige ancien des heures durant, approfondissant encore un peu ses cernes marquées. L'hybride n'était pas fait pour l'extérieur. Ses mains douces témoignaient d'une vie passée à l'abri de murs épais, au service de maîtres ne l'employant ni pour sa chair ni pour sa force. Posée à côté de lui, sa vieille canne d'aide à la marche lui servait plus par automatisme que par réel besoin.

Il avait cette habitude à rendre fou un ignorant de faire de petits bruits de sa langue pour se diriger. Tsk. Tsk. Dk. Dk. La figure haute d'un mètre quatre-vingt était bien plus finement musclée que sa stature le laissait entendre. L'hybridation de Hadrien l'obligeait à rester toujours actif sous peine de s'endormir. Agiter ses jambes, ses bras, des exercices répétitifs qui mettaient en marche son corps. Il luttait constamment contre sa nature, forcé par son statut à se priver des dix-neuf heures de sommeil nécessaires à son espèce. C'était un specimen bien étrange. Amoureux des livres et incroyablement fleur bleu, il lisait en cachette tous les romans à l'eau de rose qu'il pouvait trouver chez les maîtres qui l'acquiéraient.

Pâle à effrayer les mort, il y avait toujours chez lui quelque chose de négligé. L'air taciturne et vaguement endormi qu'il arborait toute la journée donnait l'impression d'un homme constamment sur le point de sombrer dans un sommeil profond. Le sourire sur son visage était plus rare qu'une pluie en plein désert. Les rares démonstrations faciales de joie intense se situaient à mi-chemin entre le film d'horreur et le tableau raté d'un coup de pinceau trop franc.



DESCRIPTION MENTALE

Il n'y avait rien de plus complexe que d'être adroit avec une acuité visuelle de taupe asmathique. Hadrien avait grandi au son des quolibets et des claques sur le derrière parce qu'il brisait tout ce qui n'était pas immunisé à ses doigts glissants légendaires. Restreint à un champ visuel de la longueur de sa canne de soutien, il avait développé un caractère à la fois calme et silencieux. Très attentif à ce qui l'entourait, il tournait souvent l'oreille droite - celle qui entendait le mieux - en direction des sons intriguants. Secrets, confidences, connaissances infinies réservées aux creux d'oreille les plus précieux, il était d'une insatiable curiosité.

Avec la fougue d'un chaton sous la pluie, il se cachait souvent dans les recoins pour écouter, attentif, recueillir les informations les plus précieuses. Sa neutralité et sa passivité face au monde le rendaient très agaçant pour  ses congénères plus vifs. "Secoue-toi." "Mais bouge !" Hadrien avait entendu toutes les variations d'incitation à sortir de sa coquille. C'était pourtant bien plus confortable de grignoter le monde par les bords. Il était d'une patience d'or, incroyablement fidèle à la main qui le nourrissait.

Sa capacité à paraître négligeable dans une foule en faisait un espion idéal. Son incapacité à maintenir en un seul morceau les objets fragile le rendait navrant à s'en cogner la paume contre le front. Hadrien avait appris à ne jamais dire à plus puissant que lui ce qu'il pensait vraiment de ceux qui l'entouraient. Il écrivait scrupuleusement ses pensées dans un petit journal, pour ne jamais - jamais ! - avoir un mot malheureux. Un de ceux qui aurait pu le priver du statut confortable de liseur, de conteur, d'hybride de compagnie.

Peu lui importait d'être récompensé d'un lit et d'une petite tape sur la tête, tant qu'il avait de quoi plisser les yeux des heures durant.


SON HISTOIRE, SON PASSE

Célébrations d'hiver - 2292

Aujourd'hui, un étrange grand monsieur est venu nous voir. Il nous a fait faire des décorations avec du coton et des morceaux de bois pour "célébrer l'hiver". Il nous a raconté des histoires de femme venue du ciel qui apportait des cadeaux aux enfants. L'éducateur nous a dit que c'était notre cadeau d'hiver, cet espèce de nid fait avec des ficelles et des balles de coton. J'ai été plutôt déçu. J'ai vu à travers la clôture un enfant passer sur un cadre en métal avec des roues. Une "bicyclette". J'ai demandé si je pouvais avoir une bicyclette, on m'a répondu que c'était trop dangereux.

Ce n'est pas juste. Je n'ai pas fait exprès de renverser la pile d'assiettes pendant le repas commun. C'était trop difficile de voir les tables et ce que je faisais en même temps. Quand j'ai dit que je n'étais pas content, l'éducateur m'a privé de repas du soir et frappé sur les jambes. Je jure qu'un jour je lui casserai sa baguette sur la tête.

Automne - 2298

Je crois que l'hiver approche. Je ne sais pas pourquoi l'éducateur ne veut pas nous confier de calendrier. Marty prétend que c'est pour que l'on n'ait pas conscience du temps qui passe. Il prétend aussi qu'il sait qu'un mois est passé quand il a un poil de plus sur le menton. J'ai fouillé dans la bibliothèque de la classe et j'ai trouvé un manuel d'astronomie. Je n'arrive pas à voir assez précisément les étoiles pour situer le jour.

Hier, un homme avec une moustache rutilante est venu après la classe. Il nous a tous fait aligner pour nous examiner. Je trouvais qu'il sentait vraiment fort. Quelque chose de sucré et d'amer à la fois. L'éducateur m'a dit que c'était un "parfum bon marché". Marty prétend que c'est ce que portent certains esclaves pour ne pas sentir le rut. Si le rut sent le désodosirant pour les toilettes, je crois que je vais m'abstenir toute ma vie.

Il a pris des mesures, a regardé mes yeux longtemps, assez longtemps pour que je me sente comme une bête de foire. Je lui ai fait un croche-pied avec ma canne. L'éducateur s'est excusé à en avoir la bouche toute sèche. Il a dit que c'était comme ça, que je suis maladroit. "Excusez-le". Evidemment, tout le monde l'a cru. Je n'ai pas mangé ce soir, mais ça valait le coup.

C'était encore mieux que quand j'ai accidentellement cassé la baguette sur la tête de l'éducateur.

14 Avril - 2302

Ratil m'a sorti de l'hôpital ce matin. Il avait l'air tellement soulagé quand il m'a vu sortir du lit que j'ai cru qu'il allait s'effondrer. C'est un peu exagéré, mais j'ai senti le besoin de faire quelque chose pour le remercier. Je me sens sincèrement idiot et humilié de la façon dont je me suis blessé. En plein repas de maîtres !  J'avais prévenu Ratil que j'étais un piètre serveur, mais il était dans l'embarras. Avec Joe atteint d'une fièvre violente - il prétend que ce sont des allergies, mais je suis sûr qu'il a la chaude pisse - il avait besoin d'un esclave pour apporter les plats. Le masser pour l'endormir, lui raconter une histoire que j'ai apprise par coeur, ce sont mes domaines de compétence.

J'ai glissé devant un certain "Udric", me suis pris les pieds dans sa cape ridiculement longue qui traînait par terre et me suis vautré sur ses genoux. En essayant de me relever, j'ai embarqué la nape, l'accident bête. Un peu sonné, j'ai cherché de l'aide en titubant et j'ai pris en pleine poire l'opulente statue de hérisson en obsidienne de Ratil. J'ai eu très mal. Tout est devenu blanc, puis noir, et je n'ai plus rien senti.

Les médecins qui m'ont examiné ont proposé à Ratil de "faire quelque chose" pour ma vue.

J'espère que ce n'est pas une de ces chirurgies au laser. Je préfère encore me prendre le hérisson une deuxième fois.

Pour l'heure, j'ai besoin de repos. Mes remerciements à Ratil m'ont épuisé, et il prend toute la place dans le lit.

En plus, il ronfle.

17 Octobre - 2304

J'aurais du me méfier.

Quand Ratil m'a emmené "en promenade", j'ai entendu quelque chose dans sa voix, une joie excitée. Quelque chose d'impatient. Je m'attendais à me retrouver dans une partie fine, le nez assailli par les parfums de peau et de sueur.

J'aurais préféré mille fois.

Je n'ai compris que quelque chose clochait qu'une fois l'odeur de propre exagéré plein le visage. Une anesthésie surprise, et une opération surprise. Quand je suis revenu à moi, Ratil était devant moi. Rien ne semblait avoir changé, jusqu'à ce qu'il parle. J'ai l'impression de devenir fou.

Je vois les sons, aussi clairement que les rides dans une eau agitée. Les formes se dessinent, les angles, les courbes, la matière - douce, drue, épineuse, moelleuse. Je vois.

C'est insupportable. Les yeux clos, c'est comme si le monde était gravé dans un papier humide. Il était ému. "Tu es ma petite chauve-souris parfaite".

Parfaite mon cul. J'ai appuyé si fort sur la morphine pour m'endormir que quand j'ai vu quatre infirmiers débarquer en courant, j'ai compris que j'avais activé comme un pic-vert frénétique le bouton d'urgence.

Mon cocon est déchiré.

21 Décembre - 2306

Et voilà. Retour à la case départ.
J'ai pu voler un crayon de couleur dans la boîte réservée aux "jeunes maîtres" pour les faire patienter à la boutique.
Je savais que cette vision serait une malédiction, Ratil m'a revendu à une boutique, à moitié prix de ce qu'il m'avait acheté.
Maudite vue.

1e Janvier - 2312

Une année de plus dans cette boutique et je vais étriper quelqu'un. Il n'y a plus un livre correct sur les rayonnages. J'en suis réduit à reproduire des schémas de point de croix pour m'occuper. Le vendeur s'amuse à me réveiller en frappant sur les barreaux. Il essaye chaque jour une pièce plus lointaine, pour "tester" la distance de ma perception.

Patience. Patience.

2 Septembre - 2318

Un tabouret. C'est le seul outil de travail que l'on me donne. Je suis "loué", faute d'acheteur. Je me sens comme les ananas sur une pizza. On me regarde du coin de l'oeil avec suspicion mais seuls les plus téméraires m'achètent, et pour un court instant. J'ai croisé Ratil, dans l'échoppe où on m'a demandé de "conter" le temps d'une soirée. Puis je l'ai revu dans un salon où on m'a ordonné de faire "l'aveugle masseur". Cette comédie est lassante. J'écris ces quelques mots pour ne pas oublier.

Sous le calme apparant de la neutralité couve un merveilleux être vivant. Je ne me laisserai pas effacer.





۞ PRÉNOM OU PSEUDO : Mina
۞ DOUBLE COMPTE ? Vaar'hir
۞ AGE DU JOUEUR : 25 ans
۞ COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? Par Ana ♥️
۞ COMMENTAIRE : Toujours rien mon capitaine !
۞ PRÉSENCE SUR LE FORUM : Aussi régulière que possible
۞ CODE DU REGLEMENT :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://ostiumtenebris.forumactif.com
Messages : 61
MessageSujet: Re: Tout ce qui brise [Terminé !] Mer 26 Sep - 20:17

Félicitation !

Tu fais désormais parti des nôtres !



Personnage très intéressant, je ne lui souhaite que de trouver un maître permanent.

Va donc t'amuser et lui trouver un maître ! <3

Voici ce qu’il te reste à faire pour pouvoir pleinement profiter à rp :

Tu dois répondre aux recensements te concernant ici,
Tu peux aller voir les demandes de rp ou en faire une ici,
Tu peux aller voir les demandes de maître ou en faire une ici,
Tu peux aller voir les demandes d’esclave ou en faire une ici,
Et tu peux même te créer un carnet de bord ici

En espérant que tu t’amuse parmi nous,

Lilithia.



Revenir en haut Aller en bas
Tout ce qui brise [Terminé !]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» la nuit tout les chats sont gris (PV felyndiira) (SUJET TERMINÉ)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )
» [Terminé] "Non, chut ! Tu vas tout gâcher..." [ P & D ]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» On finit par s'habituer à tout ☆ Terminé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostium Tenebris :: Formalités :: Présentations :: Hybrides Validés-
Sauter vers: