Forum RPG Yaoi NC+18 Futuriste.
 

The truth is always somewhere [FINI]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Formalités :: Présentations :: Loups-Garous Validés
avatar
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 6
MessageSujet: The truth is always somewhere [FINI] Sam 6 Oct - 21:21
© Arrogant Mischief sur Never Utopia
Hakuharu Sakai

« Touch my katana »




۞ NOM : Sakai
۞ PRÉNOM(S) : Hakuharu
۞ SURNOM : Haku
۞ AGE : Total : 714 ans / Apparence : 26 ans
۞ DATE DE NAISSANCE : Année 1604
۞ NATIONALITÉ : Japonaise
۞ ORIENTATION : Ambi à tendance soumise
۞ PROFESSION : Cuisinier dans des restaurants traditionnels asiatiques.
۞ RACE: Loup-garou / Alpha
۞ SIGNES PARTICULIERS : /
۞ AVATAR : Tsurumaru Kuninaga - Touken Ranbu


DESCRIPTION PHYSIQUE


A première vue, Hakuharu n’a pas l’air si différent des autres hommes que l’on peut croiser à travers le monde. Mais seulement à première vue.

Du haut de ses 1m85, le loup garou arbore de beaux cheveux blancs grisés dont chaque mèche semble avoir sa propre longueur. Celles de devant retombent gracieusement autour de son visage tandis que celles de derrière lui arrivent un peu en dessous du cou. Ses cils et ses sourcils ont la même teinte que sa chevelure. Les traits de sa petite bouille sont fins et délicats. Ses yeux sont d’un jaune oranger profond semblable à celui d’une belle pierre précieuse.

Son corps, bien qu’à l’aspect quelque peu maigrelet à cause de l’aspect d’une tenue lâche, est pourtant musclé. Sa peau ne porte aucun tatouage ou aucune cicatrice et est un doux plaisir à voir pour les gens, bien que le voir sans ses habits est une chose plutôt rare sauf si vous devenez l’un de ses partenaires de jeu.

Parlons de sa tenue, qui reste souvent dans le même esprit, à quelques détails près. Il s’agit de deux kimonos superposés l’un sur l’autre. Celui qui est contre sa peau est d’une teinte foncée,  visible principalement au niveau du col, en forme de « v » et au niveau des larges manches des deux kimonos qui finissent au niveau du coude. Le kimono du dessus est blanc et légèrement plus ample que l’autre mais reste bien en place lors des mouvements. On peut voir sur son ventre une ceinture de tissu assez large et blanche au rebord noir. Ces couleurs peuvent changer, mais elles restent toujours dans le thème du reste de la tenue. Jusque là, cela n’apparaît que comme une tenue traditionnelle japonaise. Mais la suite, toujours dans un esprit japonais, casse l’apparence du simple kimono.

Ses jambes sont couvertes par une sorte de pantalon, ce qui marque la différence avec un kimono classique. Le pantalon est plus ample au niveau des genoux, avant de disparaître sous des espèces de mini-jambières noires qui commencent sous le genou et s’arrêtent sous son pied, ouvertes au niveau des orteils et du talon. Mais ces parties ne restent pas nues. Elles sont glissées dans des chaussettes blanches où un espace entre le gros orteil et les autres orteils est visible. À ses pieds, on trouve des sandales japonaises plates avec lesquelles il n’a aucune difficulté à se mouvoir, quelque soit la situation. Sur ses mains, on peut voir des gants un peu particuliers de teinte noire. Ne couvrant que le majeur et l’annulaire et une grande partie de la paume et du dos de la main, ses gants s’arrêtent avant le poignet. Au niveau de chacun de ses poignets, un bracelet de tissu de la même couleur que celle des gants recouvre sa peau.

Par dessus tout ça se trouve une large et longue veste blanche à capuche finissant au niveau de ses mollets. Si les manches du kimono peuvent sembler larges, celles-ci le sont d’autant plus. Sur le devant de ladite veste, un ornement de chaînes de la même teinte que ses yeux décore agréablement la tenue.

À cela s’ajoute un sabre dont il fait passer le fourreau sous la ceinture, bien que l’arme soit bien souvent dissimulée par la veste.

Ses tenues sont surtout un mélange entre un kimono et les tenues de ronin qu’il avait l’habitude de revêtir par le passé. Le tout un peu personnalisé, il faut l’avouer.

Bon, bien sûr, il pourrait se vêtir de manière plus occidentale si le besoin ou l’envie lui prend. L’avantage serait surtout que ça attirerait moins l’attention. Mais il ne se sentirait réellement lui qu’avec l’une de ses tenues. Cependant, cela est train de changer, il adopte de plus en plus des vêtements plus modernes, s’adaptant à l’époque dans laquelle il vit.

Sous forme animale, Hakuharu atteint la taille de 1m55. La bestiole d’un pelage blanc immaculé a des yeux d’une teinte identique à celle de sa forme humaine, mais la pupille change un peu et prend la forme d’une amande. De belles griffes acérées se trouvent au bout de ses pattes et de longs crocs pointus ornent sa gueule.


DESCRIPTION MENTALE


Hakuharu est un loup-garou qui peut sembler complexe mais pourtant, c’est tout l’inverse. S’adaptant à la personne qui se trouve en face de lui, son comportement varie au bon vouloir de son esprit et de son moral.

Bien qu’il ait souvent le moral, il y a des moments où chacun aime rester au calme. Il n’est pas asocial ou grincheux pour autant.

Il sait parler de nombreuses langues, qu’il a appris au cours de ses voyages à travers le monde. C’est toujours mieux pour bien s’intégrer dans différents pays.

Curieux par nature, il aime rencontrer de nouvelles personnes et discuter avec elles. Il ne se vante de vouloir tout connaître mais des anecdotes ici et là, c’est agréable. Il ne veut pas apprendre simplement pour accumuler du savoir, mais simplement parce qu’il est intéressant de découvrir quelque chose qu’il ignore. Surtout si cela peut venir compléter ses connaissances à propos d’Ilmaehad. Il a déjà fait un grand tour de ce qu’il pouvait apprendre mais il se dit que même l’histoire la plus futile, peut révéler un petit détail. Cela ne changera pas grand-chose, mais le rendra tout de même heureux.

Cela se voit gros comme une maison qu’il aime la compagnie, même si ne voir personne ne le conduira pas en dépression. Il apprécie taquiner les gens qu’il côtoie, sans méchanceté. Cela est toujours amusant de voir ce que l’autre va répondre. Il sait d’ailleurs se montrer un poil fourbe, pour jouer avec l’autre. Mais cela ne sera jamais fait avec réelle mauvaise intention. Cela relève tout simplement du divertissement. Il peut se montrer sérieux également, quand la situation le demande.

Un esprit de guerrier sommeille en lui, bien qu’il n’ait pas fait la guerre depuis de bien nombreuses années, un tel instinct ne disparaît jamais totalement. Mais il n’en paraît rien. Il ne cherche pas le conflit de lui-même. Sans doute la sagesse de l’âge. Il ne consent d’ailleurs pas à faire régner la guerre et le sang. C’est pour cela que malgré son affection pour les sabres, il n’en fabrique jamais plus de trois. Si on venait à les lui voler, cela réduirait le nombre de ses armes en circulation, sachant qu’il en a souvent un avec lui. Oui oui, vous avez bien lu, il fabrique ses sabres lui-même. Ayant vécu au temps des samouraïs et autres guerriers japonais, il a appris à créer ses compagnons de combat lui-même.

Il ne se laisse pas aller pour autant. Il a ce côté sportif, qui auparavant était surtout une envie de survivre. Aujourd’hui, il se contente de courir et s’entraîner avec son sabre dans un endroit tranquille. Il ne veut pas oublier cette partie de son héritage humain si l’on peut dire. Surtout qu’il trouve cet art assez gracieux.

Il est bon cuisinier. Surtout lorsqu’il s’agit de mets asiatiques qu’il prend plaisir à préparer. Ce qui est un petit plus pour lui, c’est qu’il est capable de découper le poisson avec son sabre, offrant un agréable spectacle aux clients qui viennent manger dans les restaurants où il travaille. Mais pour l’instant, il ne travaille pas. Il a suffisamment de réserves financières pour profiter de la vie librement.

C’est loup-garou sans meute car il n’en ressent pas l’envie. C’est aussi simple que ça. Alpha de son rang, son mode de vie lui va comme un gant.

Concernant l’esclavage des humains et hybrides, il est assez neutre. Chaque espèce a son moment de gloire et il ne ressent pas le besoin de changer l’ordre des choses. Il pourrait presque sembler insensible mais le destin est ainsi fait.


SON HISTOIRE, SON PASSE


Pour connaître tous les détails de la vie de Hakuharu, il faut remonter à l’an -2000 avant JC. Année où le premier portail fit une connexion entre Ilmaehad et la planète Terre. Cela nous fait remonter un peu loin mais c’est à ce moment-là que les parents du loup garou arrivèrent sur Terre. Fuyant une guerre qui massacrait les populations, ils voyaient là une opportunité de vivre dans un monde qu’ils espéraient plus enclin à leur envie de fonder une famille.

Ce monde était bien différent du leur mais c’était surtout dû à cause de l’absence de magie. Cependant, entre vivre dans un monde où sa vie tenait à un fil et se reconstruire dans un monde où tout restait à faire, le choix était vite fait. Débarquant dans ce qui allait devenir l’Italie que nous connaissons, Tæramis et Nerya, respectivement homme et femme, tous deux des loups-garous, ont rapidement fui la zone du portail. Les humains, effrayés par l’arrivée de créatures dont ils ignoraient l’existence même, ont massacré une bonne partie de ces nouveaux arrivants. Finalement, la guerre ne se restreignait pas au monde d’Ilmaehad. Mais le couple de loups réussit à s’échapper discrètement et leur long périple commença.

Parcourant les territoires hostiles qui les accueillaient, plus ils s’éloignaient du portail, plus cette hostilité s’amenuisait. L’information ne circulait pas comme elle peut faire le tour du monde aujourd’hui. Pourtant, ils restaient prudents. Un seul faux pas et leur nouvelle vie ne serait qu’une esquisse de projet. Ils se mêlaient aux populations qu’ils rencontraient, se fondant dans la masse en adoptant les styles de l’époque. S’ils paraissaient trop différents, les humains se seraient doutés qu’ils n’étaient pas vraiment comme eux. Concernant leur savoir et leur magie, tout cela restait secret. Ils avaient dû réapprendre à vivre dans un monde bien moins avancé que le leur. Mais ils n’en étaient pas malheureux. Une tel chance ne se refusait pas.

Je vous passe le détail de toutes les années de leur vie, à découvrir le potentiel des humains et leur évolution. Allons directement à l’année 1604. Tæramis et Nerya viennent de s’installer dans le Japon, près de la ville d’Edo, plus connu sous le nom de Tokyo aujourd’hui. Mené par Tokugawa Ieyasu qui a pris le pouvoir vers 1600 lors de la bataille de Sekigahara. L’année 1604 fut particulière. Pas comme une date historique mais plutôt car c’était l’année de naissance de Hakuharu. Pour la population locale, ce n’était qu’un enfant comme un autre, mais ses parents redoublaient de prudence pour ne pas faire trahir leur nature de loup-garou. Ils ont fini par s’éloigner des habitations pour se réfugier dans la forêt, afin de pouvoir élever Haku loin des regards et lui permettre d’apprendre à maîtriser ses transformations.

Cette période dura une quinzaine d’années pour être certain que revenir parmi les humains n’était plus un danger. C’est donc vers 1619 que la petite famille revint s’installer dans un village. Ils n’étaient pas connu à cet endroit, contrairement à la ville d’Edo. Ils avaient donc plus de chance d’être tranquille. Ils avaient rapidement appris ce qu’il s’était passé durant leur retrait forestier. Commerce avec les Hollandais, siège d’Osaka, changement de Shogun. La chasse aux chrétiens aussi. Mais ces persécutions ne les concernèrent pas.

Ceci étant dit, les années passaient et Hakuharu, bien qu’à l’aspect assez fin ne faisait pas déshonneur à sa nature cachée de loup-garou. Et comme l’ère actuel rendait grâce aux samouraïs et autres guerriers que le Japon avait à disposition, Haku trouva sa voie là-dedans. Il savait bien qu’il n’était pas humain et que ces dits humains avaient massacré une partie de ses semblables par le passé. Pourtant, cela ne l’empêchait de se battre à leur côté. Les erreurs du passé ne devraient pas emprisonner le destin des descendants de ce monde. C’est ce que pensait le loup-garou en tout cas.

Cette voie lui permit entre autre d’apprendre à manier les sabres japonais. Un art qui était mortellement élégant. Un art qui le mettait en valeur. Et cette dernière n’était plus à prouver. Reconnu en tant que guerrier, il veillait tout de même à ne pas trop sortir du lot. Une attention inutilement grande pourrait lui causer du tort, tout comme à ses parents.

En 1657, par une fortuite circonstance, la famille se retrouvait à nouveau dans la ville d’Edo. Non pas pour s’y réinstaller mais pour profiter du commerce. Seulement, ce que les parents n’avaient pas prévu était que ce voyage serait leur dernier. La ville d’Edo bien connu pour ses incendies, n’en restait pas une ville intéressante ce qui lui valait d’être grandement fréquentée. Un incendie se déclara. Jusque-là, les risques, en dehors de ceux du feu, n’étaient qu’infimes. Pourtant, les flammes gagnèrent une grande échoppe qui offrait aux plus fortunés des objets d’une grande rareté qui contenaient de l’or. La bête noire des loups-garous. Alors qu’ils fuyaient les flammes, Tæramis et Nerya furent soufflés par l’explosion qui leur projeta des fragments d’or. Ces derniers s’implantèrent dans leur corps. Ils étaient tellement nombreux qu’une guérison était purement impossible. Hakuharu a ce moment-là n’était malheureusement pas avec sa famille. Enfin malheureusement ou heureusement, selon le point de vue. Pour lui, il s’en voulait de ne pas avoir été présent durant leurs derniers instants, mais ses parents auraient certainement pensé le contraire, souhaitant que leur unique enfant survive.

Comme de nombreuses blessures ornaient leurs corps, tout comme ceux des humains qui se trouvaient dans les parages, la nature de créature ne fut même pas suspectée. Le nombre de morts était tel qu’il fut considéré par la suite comme le Grand incendie d’Edo.

Haku resta au Japon. Même si ses parents n’étaient plus de ce monde, il sentait être rattaché à ce territoire. Après tout, c’était là qu’il avait grandi. Et c’était aussi là que se trouvaient désormais les tombes des deux créatures.

Le temps passait, les humains vieillissaient et mourraient. Telle était la vie éphémère d’un humain. Mais Haku n’en était pas un. Plusieurs fois, il changea d’endroit pour ne pas éveiller les soupçons. Un être qui ne vieillit pas et ne connaît pas la mort faisait quelque peu tâche dans un monde régi par le destin mortel d’un être vivant.

Il n’en restait pas moins un guerrier. Vers la fin du Shogunat Tokugawa, le Shinsen Gumi fut créé. Et Haku n’était pas loin. Sa maîtrise des combats et des armes lui permettait de pouvoir se faire accepter n’importe où. C’était une chance pour lui qui ne pouvait se résoudre à quitter le territoire japonais.

À l’image de la vie d’un humain, le Shinsen Gumi ne fut pas pas éternel non plus. À l’issue de la guerre de Boshin en 1869 qui renversa le shogunat, le loup-garou ne voulait plus continuer sur ce chemin. Non pas qu’il voulait abandonner les hommes, mais une certaine curiosité s’était éveillée en lui concernant la vie sur Ilmaehad. Ses parents lui avaient appris tout ce qu’ils savaient avant de mourir. Mais leur vie sur Illmaehad n’avait pas été très longue, ils étaient jeunes lors de la traversée du portail. Il ressentait le besoin de se rapprocher de ses racines. Seulement, retourner dans son monde n’était pas possible. La seule chose qu’il pouvait faire, c’était rechercher les survivants de son monde qui s’étaient cachés à travers la planète. Une poignée de créatures disséminées ici et là. Nul doute que la recherche ne serait pas aisée. Mais son désir de vérité l’emmènerait aux confins du monde s’il fallait en arriver jusque-là.

Comme l’avaient fait ses parents avant lui, Haku se mit en route pour son propre voyage. Il ne retrouva que quelques créatures, moins de dix pour être exact. Et ce qu’ils purent lui apprendre étaient juste ce qu’il savait déjà. Cela ne l’empêchait pas de vouloir encore et toujours découvrir ce monde qui était le sien mais qu’il n’avait jamais connu. Il survivait en travaillant dans les forges. C’était facile pour un loup-garou de se permettre ce genre de tâche physique, surtout qu’il n’était pas débutant dans le domaine de la forge.

Ses voyages se passaient sans heurt jusqu’à la Première Guerre Mondiale. Disons que se balader devenait plus difficile avec ce contexte sanglant. Pourtant, il n’abandonnait toujours pas. Ses aptitudes au combat lui permirent de poursuivre son chemin à travers le monde, même s’il était bien ralenti, surtout aux moments où il devait passer les frontières. En 1918, année qui signait la fin de la guerre, ses voyages reprirent. Mais la guerre faisait partie de ce monde, et lors de la Seconde Guerre Mondiale, il fut à nouveau ralenti dans sa quête. Encore une fois, cela ne l’empêchait pas d’avancer mais pas autant qu’il le voudrait.

Après avoir écumé de nombreuses fois chaque territoire que ce monde pouvait révéler, il fallait se rendre à l’évidence. Les rares créatures encore en vie ne lui permettaient pas d’avoir les réponses qu’il voulait. Il ne perdait pas totalement espoir cela dit. Simplement, il était peut être temps de faire une pause. Il était fatigué de courir après des fantômes. Il s’installa alors en France et entama une nouvelle vie d’humain. L’année 2000 venait de passer et après près de 400 ans, un nouveau chapitre commençait pour lui.

Il vécut de son travail au sein d’un restaurant asiatique. Il découpait le poisson avec l’un de ses katanas qu’il avait forgé de ses mains. Autant dire qu’il avait pas mal de succès. Les clients aimaient bien ce genre de prestation lorsqu’ils venaient manger dans le restaurant. Une chance que les tenues des employés avaient une touche japonaise. Il était beaucoup moins dépaysé ainsi.

En 2037, de nouveaux portails au nombre de six s’ouvrirent dans le monde, déversant des millions de créatures sur la planète bleue. Ces êtres immortels fuyaient les ténèbres qui s’étaient emparées d’Ilmaehad. Mais Haku apprit cette part de vérité un peu plus tard. Quand l’invasion commença, les images étaient diffusées sur chaque écran de télévision. Le restaurant où travaillait le loup-garou ne faisait pas exception. Chaque client et chaque employé tournèrent leurs regards sur l’écran, suivant avec une certaine frayeur l’ampleur des événements. Mais pas lui. Pas Haku. Il ne le montrait pas mais son espoir venait de remonter en flèche. La vérité venait finalement à lui. Après de longues années pendant lesquelles la flamme de sa résolution s’était éteinte lentement, presque entièrement. Au vu du nombre de créatures qui ne cessaient d’affluer par le portail, les humains n’avaient aucune chance malgré leur avancement dans le milieu de l’armement et le nombre de soldats qu’ils avaient à disposition. Le loup-garou qui avait pendant des siècles aidé à la protection des humains sentait son cœur vaciller entre son peuple originel et le peuple parmi lequel il avait grandi. Il ne voulait trahir aucun des deux partis.

Il rangea son katana dans son fourreau et partit chez lui pour récupérer ses affaires. Il avait quitté le restaurant sans un mot, sans un regard en arrière. Son cœur lui montrait la voie. Il battait avant tout pour ce monde-là. Ce monde qui était à portée de ses doigts. Presque à portée. La chance de voir toute cette population capable de lui donner des réponses à ses questions concernant ses origines. Il était mué par une excitation nouvelle.

Après s’être renseigné sur la localisation des différents portails, il décida de rejoindre celui qui se trouvait le plus proche. Par chance, il y en a avait un au sein de l’Europe et voyager à travers cette contrée en voiture restait faisable. Il n’en avait pas personnellement mais avec l’effet de panique, en subtiliser une n’était pas chose impossible.

Il traversa les différents pays en roulant nuit et jour. Alors qu’il s’approchait de plus en plus, des créatures allant dans l’autre sens arrêtèrent sa voiture. Par chance, son essence de loup-garou lui permit de se faire différencier d’un simple humain. Il n’eut donc pas à s’en faire pour sa survie. Du moins, pas tout de suite. On lui fit la proposition d’aider à l’invasion de cette planète mais il refusa. Quand on le connaissait, on savait que ce n’était pas peur de la guerre mais tout simplement car sa place n’était pas là. Lui voulait seulement des réponses, il était plutôt neutre par rapport à la position des deux camps. Seulement, donner des informations n’était pas dans la priorité des créatures qui voulaient prendre une place dominante en ces lieux.

Haku eut la présence d’esprit d’attendre que toute cette affaire se tasse. De longs mois à attendre. Il avait la clé de sa quête sous les yeux et pourtant, il ne pouvait pas encore la saisir. Il n’y avait rien de plus frustrant que de se retrouver ainsi bloqué aussi près du but. Mais prenant son mal en patience, l’issue de la guerre lui promettait un grand nombre de personnes à interroger. Certes, le sort des humains n’était pas souhaitable mais il ne ressentait pas le besoin de les aider. C’était la dure réalité de la guerre. Il pourrait bien sembler insensible mais quand on avait une vie d’immortel, il fallait parfois laisser la vie suivre son chemin.

Maintenant que le champ lui était libre, il ne se fit pas prier pour questionner chaque créature qui voulait bien lui parler. L’année 2038 était en cours à ce moment-là. Durant près de trois siècles, il se remit à voyager à travers le monde. Le travail d’une ampleur mondiale le rendait encore plus passionné qu’avant.

Depuis plusieurs mois, il s’était installé dans une petite ville près de la Nouvelle-Orléans. Il avait déjà parcouru une bonne partie du territoire américain, cette ville faisant partie des derniers endroits à explorer. Durant sa quête, il avait bien remarqué qu’un mal touchait les femmes qui étaient protégées comme si elles étaient en sucre. La vérité n’en était effectivement pas loin. Le même mal qu’il avait entendu dire déjà existant sur Ilmaehad en plus des ténèbres qui contrôlaient petit à petit le monde. Il avait rapidement pris conscience qu’il ne pourrait jamais retourner dans son vrai monde. Mais ce dernier vivait encore au travers des créatures qui étaient arrivées lors de la dernière ouverture des portails.

Après avoir exploité toutes les ressources d’informations de la petite ville où il se trouvait, il était temps de trouver un nouveau lieu de vie. La Nouvelle-Orléans était sa prochaine destination. Il avait déjà prévu l’ordre des villes lorsqu’il était entré aux USA.

Il se débrouilla pour louer un appartement dans le quartier dédié aux lycans. Ce qu’il avait bien appris, c’était qu’avec de l’argent, on pouvait faire pas mal de choses. Même s’il n’était pas attaché plus que ça à la monnaie, il en gardait toujours afin de ne pas se retrouver bloqué. Trouver un travail n’aurait pas été des plus difficiles non plus. Un maître cuisinier japonais capable des meilleures prestations était le genre de personnes qui avait toutes ses chances. Surtout qu’il n’était pas désagréable à regarder. Mais pour l’instant, il avait suffisamment d’argent à disposition pour se permettre de faire passer un boulot au second plan.

Ce qui nous amène au jour actuel. Un jour banal de l’année 2318 où Haku prend ses marques dans la ville. Le voilà arrivé depuis à peine une semaine à la Nouvelle-Orléans qu’il prend déjà sa recherche d’informations très à cœur, comme toujours. Bien qu’il profite également des plaisirs de la vie quotidienne, aucune créature n’est réellement à l’abri de sa curiosité.




۞ PRÉNOM OU PSEUDO : Mochi o/
۞ DOUBLE COMPTE ? Non
۞ AGE DU JOUEUR : 23 ans
۞ COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? J'étais déjà ici 8D
۞ COMMENTAIRE : J'aime le forum et j'adore embêter sa population
۞ PRÉSENCE SUR LE FORUM : Surtout présente le week end
۞ CODE DU REGLEMENT :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 6
MessageSujet: Re: The truth is always somewhere [FINI] Hier à 23:06

Félicitation !

Tu fais désormais parti des nôtres !



Bon bah. Rien à redire. Histoire longue, ça m'a pris du temps à réussir à connecter mon cerveau pour tout lire. Mais c'est chose faite. Et j'ai clairement pas envie d'avoir Haku face à moi avec un sabre dans les mains. Même si ça pourrait être drôle qu'il tente de me raser de près. Mais j'aurais peur de me faire couper. :B

BREF ! Vas t'amuser avec ce nouveau perso :DDD

Bon jeu /o/

Voici ce qu’il te reste à faire pour pouvoir pleinement profiter à rp :

Tu dois répondre à TOUS les recensements te concernant (Obligatoire) ici,
Tu peux aller voir les demandes de rp ou en faire une ici,
Tu peux aller voir les demandes de maître ou en faire une ici,
Tu peux aller voir les demandes d’esclave ou en faire une ici,
Et tu peux même te créer un carnet de bord ici

En espérant que tu t’amuse parmi nous,

Asmodée, l'admin stagiaire ♥️.



Revenir en haut Aller en bas
The truth is always somewhere [FINI]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale
» Ohoh, voici Liana ! [Fini.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostium Tenebris :: Formalités :: Présentations :: Loups-Garous Validés-
Sauter vers: