Forum RPG Yaoi NC+18 Futuriste.
 

Aimé A. De Lioncourt [U.C]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Formalités :: Présentations
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2
MessageSujet: Aimé A. De Lioncourt [U.C] Jeu 1 Nov - 1:33
© Arrogant Mischief sur Never Utopia
AIMÉ A. DE LIONCOURT

« Petite citation »




۞ NOM : De Lioncourt.
۞ PRÉNOM(S) : Aimé, Armand.
۞ SURNOM : None. For the moment.
۞ AGE : 26 ans.
۞ DATE DE NAISSANCE : 24 novembre.
۞ NATIONALITÉ : Américain aux origines françaises.
۞ ORIENTATION : N'essayez même pas de le savoir.
۞ PROFESSION : Ravitailleur, au sein de son clan.
۞ RACE: Humain, libre. For the moment.
۞ SIGNES PARTICULIERS : De longs cheveux blonds, un magnifique regard ambré et une jolie rapière en argent à la ceinture.
۞ AVATAR : Alucard / Adrian Tepes - Castlevania.


DESCRIPTION PHYSIQUE


Il n’est pas rare qu’il croise des regards lubriques, Aimé. Des sourires carnassiers, des sifflements désobligeants, au sein de sa Famille. On garde les femmes avec minutie, on veille à leur bienêtre. Et on empêche n’importe qui de les toucher. Elles sont vitales, certes. Mais elles restent humaines, ce ne sont pas des objets et pour cela, le respect leur est dû.

C’est pour cela que certains finissent par se rabattre sur lui. Il a hérité de la grande taille de ses deux parents, dépassant sa mère de quelques généreux centimètres, mais restant plus petit que son paternel. Si les chiffres de sa cousine, qui est tailleuse, sont bons, il mesure le mètre quatre-vingt-deux, pour une soixante-dizaine de kilos. Tout en longueur, tout en finesse, héritage des gênes de sa mère. Des traits fins, un visage long, de longs cils, une jolie bouche légèrement charnue, de longs cheveux blonds, semblables à des cheveux d’ange… Tout cela lui donne un côté assez féminin. Selon les points de vue.

Et il semblerait que cela suffise, pour certains membres de ta famille, pour vouloir libérer leur frustration sexuelle sur lui. Pour vouloir l’utiliser comme substitut aux femmes. À cause sa peau d’albâtre, douce, lisse, de ses lèvres pleines, légèrement rosées, de ses longs cils blonds, de ses longs cheveux encadrant son visage d’ange. De ses sourcils parfaitement alignés.

Pourtant, sa voix, suave, grave, profonde, est bien celle d’un homme. Ses épaules relativement carrées également. Et même si sa taille, légèrement marquée pourrait semer le doute s’il la mettait en valeur, ses hanches anguleuses, elles, sont tout de même masculines. Les tracés des muscles sur son torse le sont également. Et le manque de poitrine est flagrant.

D’ailleurs, sur ce torse, il porte une cicatrice, pas si vieille, offerte, justement, par un de ses types plein d’envie qui n’a pas bien supporté le refus catégorique de notre blond face à ses avances. Cet homme n’est plus parmi eux, aujourd’hui. Et Aimé ne vit pas très bien, cette cicatrice. Il la cache sous ses chemises, la plupart du temps, ne l’assume pas vraiment. Même si les encolures de ses chemisiers tombent parfois bien bas et dévoilent le début de cette marque dans sa chair.

Chemises, donc. Rehaussées, bien souvent, d’un manteau ou d’une cape noire, au col haut. Et accompagné d’un pantalon en cuir noir, ras du corps. Assez souple, pour pouvoir lui permettre de bouger aisément. On peut dire que sa cousine, la tailleuse de la famille… a un sacré don pour lui faire ses vêtements. Et qu’elle est vachement fière, quand elle voit le résultat final, porté par son mannequin préféré. Elle adore mettre en valeur toute la noblesse dont il a hérité en même temps que du sang des De Lioncourt.

Bref. Vous l’aurez compris. Il est beau, selon les goûts. Et ça lui joue des tours. Lui, il aurait vraiment préféré ne pas ressembler à ce à quoi il ressemble. Et en même temps… ça lui permet d’attirer les vicelards et leur faire oublier les demoiselles qu’il souhaite protéger…

Alors bon. Il continuera à se laisser mettre en valeur par sa cousine, coiffer par sa sœur et sa mère et tout ira pour le mieux dans le pire des mondes, hein ?





DESCRIPTION MENTALE


300 mots minimum


SON HISTOIRE, SON PASSE


Aimé est né au sein d’une vieille famille aux origines françaises, ayant émigrée en Amérique dans l’espoir de faire fortune dans la culture du coton, ici, à la périphérie de La Nouvelle Orléans. Ils se sont fait construire une maison coloniale, ont acquis des esclaves, créoles, qu’ils traitaient bien. Vraiment bien. Ils les traitaient comme des employés. Ils leur fournissaient un logement, de quoi se nourrir, s’habiller et, parfois, quand les moyens le leur permettaient, ils les payaient, pour que ceux, désireux de racheter leur liberté. Ils avaient le choix. Mais à aucun instant, la famille De Lioncourt ne s’était imaginé se retrouver, un jour, par les « lois » régnant ce monde en perpétuel changement… à se retrouver eux-mêmes, réduit en esclavage. Ou du moins… à se voir devoir être des esclaves.

Bien entendu, ils ne l’ont pas accepté. Ils s’y refusaient. Et lorsque ce qui aurait dû s’apparenter aux « forces de l’ordre » ont cherché à les réduire au rang de simples animaux de compagnie, eux et leurs employés… ils ont refusé de s’y plier. Et ces hommes et ces femmes, et ces enfants qu’ils ont protégé pendant des années, ont donné, pour de bon, leur liberté pour que leurs bons maîtres puissent fuir. Et c’est ce qu’ils ont fait. Ils ont fui. Pour aller se terrer comme des rats.

Et le temps a passé. Les De Lioncourt ont travaillé dur pour se créer un refuge adapté, un refuge où ils seraient en sécurité. Ils se sont bâti une demeure, pour les accueillir, tous. Et plus encore. Car ils se sont retrouvés confrontés à un problème de taille : la consanguinité. Il a fallu trouver une solution, pour pouvoir faire se perpétuer la lignée, sans entacher le sang, les gênes, rien, qui leur appartienne. Et la solution a été trouvée. Et des accords se sont passés. Humains et créatures. Les De Lioncourt ne les appréciaient pas. Et ne les apprécient toujours pas. Mais ils savent bien que toutes les créatures ne sont pas mauvaises. Et toutes les créatures n’ont pas toujours souhaité voir les humains réduits en esclavages. Et certaines voulaient les aider à être libres. Et c’est ainsi que les De Lioncourt se fournissaient du sang neuf, pour éviter d’entacher leur génétique. Des hommes, pour pouvoir brasser les gênes, ne pas mélanger le sang. Des humains qui souhaitaient retrouver leur liberté chérie. Des humains qui furent accueillis. Et qui devinrent, à leur tour, des De Lioncourt. Les femmes étaient rares, oui. Mais ils s’étaient assurés d’en emmener autant que possible avec eux. Ainsi, certains cousins se retrouvent métissés, origines créoles, françaises et américaines, principalement, dans les veines.

C’est grâce à ce système qu’est né Aimé. Sa mère, Gabrielle, était une jeune De Lioncourt. Son père, Auberon, lui, fut esclave, utilisé comme gladiateur. Oui, utilisé comme un chien pour des combats illégaux. Il a été sauvé par un vampire, ami de son maître. Ce dernier voulait se débarrasser de lui, afin de prendre un esclave plus jeune, qui lui rapporterait plus. L’ami en question savait comment le maître comptait se défaire de lui : en truquant un match pour que cela coûte la vie d’Oberon, plaidant ainsi l’accident, l’agression dans la rue, par un autre esclave, qu’il pourrait facilement faire accuser… Bref. Rien de très glorieux. Et rien de très gentil, non plus. Bref, vous l’aurez compris, le gentil vampire se sentait coupable de ne pas aider un être sans défense -ahem, dépend du point de vue- se faire exécuter comme un vulgaire animal. Et il a alors cherché à libérer cet esclave. Pour commencer, il a tout simplement proposé à son ami de le lui racheter. L’autre vampire, surpris par sa proposition, l’a tout de même accepté. Puis, il s’est discrètement renseigné, tâtonnant à droite à gauche, sur comment et à qui demander de l’aide.

Il a été orienté vers les De Lioncourt. Une entrevue a été organisée. Par la suite, Auberon fut emmené. Libéré. Et baptisé. Auberon de Lioncourt.

Il était grand, large d’épaules. Une carrure imposante, un air naturellement sévère… mais qui s’est toujours adoucit, dès que son regard se porte sur Gabrielle. Elle l’a ébloui, dès leur première rencontre. Ça a été le coup de foudre, dès le premier regard. Deux âmes sœurs, réunies. Ils ont appris à se connaître. Ils ont appris à s’aimer. Et au sein de la famille, ils ont été unis par les liens sacrés du mariage. Toujours là, l’un pour l’autre. Et Aimé est arrivé. Un enfant désiré. Un enfant aimé dès sa conception. La concrétisation d’un amour que personne ne pourrait leur prendre. Ni les mâles envieux de la famille. Ni les créatures. Ni les forces supérieures régissant ce monde. Personne.

Aimé a été éduqué. Il a appris à lire, écrire, compter. On lui a enseigné l’histoire. Du monde. Du pays. De la France. On lui a également appris à se méfier des créatures. Mais à ne pas les craindre. À se battre, contre celles-ci. Leur montrer que cette planète ne leur appartient pas. Et que, s’il leur est impossible de savoir comment cohabiter, les humains sauront faire usage de la force pour reprendre ce qu’il leur appartient. Oui. C’est avec cette mentalité que sa famille vivait. Et vit toujours. En renforçant ses rangs, petit à petit.







۞ PRÉNOM OU PSEUDO : Eurydyce.
۞ DOUBLE COMPTE ? Oui. J'ai honte. Ana/Dawn/Sir.
۞ AGE DU JOUEUR : Toujours 24. Toujours, bientôt 25.
۞ COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? J'y suis déjà.
۞ COMMENTAIRE :C'est encore moi... :depressed:
۞ PRÉSENCE SUR LE FORUM : 7/7 ?
۞ CODE DU REGLEMENT :
Revenir en haut Aller en bas
Aimé A. De Lioncourt [U.C]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» Aimé Césaire est mort.
» J'aurai tant aimé être à sa place [PV : Nami]
» Hommage à ma Fripouille bien aimée
» « j'aurais aimé t'écrire le plus beau des poèmes, et construire un empire juste pour ton sourire ... » 06.07.11 - 16h45

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostium Tenebris :: Formalités :: Présentations-
Sauter vers: