Forum RPG Yaoi NC+18 Futuriste.
 

Nino [Fini]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Formalités :: Présentations :: Humains Validés
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 6
MessageSujet: Nino [Fini] Jeu 13 Déc - 20:57
© Arrogant Mischief sur Never Utopia
Nino

« je fleuris dans le carnage comme une corolle à l'aube »




۞ NOM : /
۞ PRÉNOM(S) : Nino
۞ SURNOM : /
۞ AGE : 25 ans
۞ DATE DE NAISSANCE :01/05/2293
۞ HYBRIDATION /
۞ NATIONALITÉ : Américain
۞ ORIENTATION : Dominant
۞ PROFESSION : Esclave
۞ RACE: Humain
۞ SIGNES PARTICULIERS : Cicatrice / Tatouage
۞ AVATAR : Gladiolus Amicitia - FF XV


DESCRIPTION PHYSIQUE


Le vent est chaud, me caresse lentement la peau, glissant entre mes doigts et mes cheveux. Je tente de le saisir, mais il est impossible de lui arracher sa liberté. Mon regard se perd dans l’horizon, le soleil se couche derrière les dunes, tout est calme. La lumière brille, couleur du feu. Elle envahit l’espace. Lorsque le dernier rayon frappe la voûte terrestre tout devient blanc, trop blanc. Trop pure.

Mes yeux s’ouvrent à nouveau, le bruit des voitures raisonne entre les grands immeubles. Je fronce mes sourcils et me frotte les paupières tentant de me souvenir. Mon corps inerte, nu, étendu dans ce petit lit en vrac reste engourdit. Il fait vraiment chaud dans cette chambre.
J’inspire fortement, remplissant au maximum mes poumons. L’odeur désagréable de sueur me ramène aux événements précédents. Je grimace face à cette odeur qui semble me détruire mon odorat et par la même occasion me donnerait presque la nausée.

Je tousse un bon coup et fini par me redresser, ma tête résonne un peu. Regardant mes mains comme si c'était la première fois. Chaque jour, un minuscule détail qui m'échappe. Alors, je regarde avec insistance ... Rugueuse, fortes et épaisses. Elles sont parfois le reflet de ce que je suis et parfois le contraire. L'essence même de ma personne. Ces veines parcourant mes bras me font parfois penser que je suis un monstre, comme une bête assoiffée qui serait prête à bondir tous muscles bandés. Finalement, suis-je le monstre ou la proie ?

Chaque trait de ma main semble différent chaque jour, et lorsque mon regard brun devient flou, je redresse lentement ma nuque, laissant glisser quelques mèches de ma chevelure noire. De longs fils que je ne souhaite pas couper par peur, peut-être, de devenir quelqu'un d'autre. Mon visage serait trop différent, ou pas. Je n'ai que de vagues souvenirs d'antan. Je revois ce visage ferme, cette peau légèrement mate. Et surtout cette cicatrice, découpant mon côté gauche.
Je revois surtout cette pilosité, noire de jais, entourant mon visage dessiné. Ces sourcils épais surplombant mes yeux amandes ... Finalement, rien a changé.

Je secoue légèrement la tête afin de replacer mes cheveux pour les attacher. Ma vision éclaircie, je remarque toujours ce surplomb que j'inflige à la pièce. Je finis par me relever et m'impressionne encore une fois. Léger déséquilibre.
Je jette un œil autour de moi tout en soupirant. J’atteins presque les deux mètres il me semble, mais je ne connais pas vraiment ma taille, ni mon poids d’ailleurs. Les quelques pas que je fais m’amène rapidement aux toilettes. J’attrape l’engin et fait mon besoin. Ma tête bascule lentement en arrière et mes orteils grattent le sol … C’est presque un de mes moments préférés de la journée, hélas c’est trop rapide.

Caressant rapidement mon épaule je remarque mes tatouages que j'ai facilement tendance à oublier. Ce n'est pas comme si je me regardais tous les jours. Je sais juste que cet aigle m'enveloppe sûr toute la surface de mon dos.

J'enfile les quelques vêtements que j'ai. Rien de bien extraordinaire, un simple tee-shirt, un jean un peu usé. Parfait pour aller faire un défiler de mode. Simple.
J'enfile mes lunettes qui sont le seul accessoire que je possède en réalité. Ma mauvaise vue m'empêche de voir convenablement. La race humaine ...




DESCRIPTION MENTALE


Perdu dans un monde sans vie, sans aucune animation possible dans la mémoire je contemple le vide sur ma chaise. L’odeur du café empli mes narines et c’est là la seule chose qui me ramènerait à la réalité. Tout est calme, beaucoup trop calme et les murs empestent la solitude. Le bruit monotone de l’horloge détruit le silence et tel un métronome il résonne dans ma tête et m’hypnotise. La radio grésille, je reste prisonnier de ce monde quelques secondes … Quelques secondes de trop, je tape du poing sur la radio qui se met à chanter. Je râle, je ne connais que trop cette solitude, je l‘ai trop longtemps côtoyé, avant elle ne me dérangeait pas, c’était même devenu un spectre amical dans lequel j’aimai me réfugier, mais les bons amis peuvent parfois devenir les pires ennemies.

Je finis mon café et lave rapidement la tasse, avant de la ranger, tout est en ordre comme d’habitude, la pièce est petite de toute évidence. Je déteste que quelque chose traîne trop longtemps. J’enfile mes chaussures et passe le pas de la porte. L’air est humide, ça sent le gazole et la ferraille. Un sourire se dessine sur mes lèvres, j'ai finalement appris à aimer cette atmosphère. Il est encore très tôt et je dois me préparer pour mes exercices quotidiens d'esclave. La vie n'est pas forcément désagréable vu ainsi. Logé, blanchi, nourri.

Mes pieds prennent racine au sol et mon visage face au ciel profite des rayons de soleil matinaux. J’inspire, me perdant de nouveau dans l’espace-temps. Je crois que j’ai encore la tête dans le cul.
L’obscurité, la fraîcheur et l’humidité, tout ce que je n’ai jamais cessé de connaître. J’ai toujours su me démerder seul, malgré la vie en captivité. D'ailleurs les « dresseurs » ne m'ont jamais vraiment tapés sur les doigts. J'ai beau avoir la carrure, je reste relativement docile. Même si au premier abord je semble faire parfois peur ou hautain au regard des autres humains et hybrides ici présent.

Comme je l'ai dit. La vie ici n'est pas si mal. Ils peuvent parfois se montrer violent ou agressif, mais qui voudrait d'humains ou hybrides abîmés ? Donc je ne pense pas que ce soit dans l'excès si l'on respecte convenablement les règles.
Les choix sont multiples et j'ai très vite trouvé ma place dans les arts de défense. Je me suis toujours dit qu'avec un peu de chance je pourrais « protéger », même inutilement par delà toutes les manières possibles. Puis, à cause ou grâce à ça, on m'a rapidement placé dans les travaux manuels. Tapé = bourrin = idiot. Je ne pense pas avoir l'air trop con.
Quoiqu'il en soit, j'ai toujours respecté les règles. Ménage, cuisine (bien que médiocre), travaux extérieurs comme intérieurs. Je pense qu'à ce niveaux je suis loyale , c'est pour ça que je me pose souvent la question du « Pourquoi je suis encore ici ? » Je fais vraiment si peur ?

Je secoue lentement la tête pour me dégager de ces idées. Mes pas sont lents vers mes premiers « cours » de la journée. Je soupire avant d'entendre mon prénom par une voix grave et portante.


SON HISTOIRE, SON PASSE


Je me retourne calmement. Je ne sais pas vraiment ce qu'il se passe. Je n'ai que très rarement été appelé de si bonne heure.

Tout se déroule très vite et en quelques minutes je me retrouve dans un petit groupe. J'entends beaucoup de rumeurs, beaucoup de paroles. La liberté ? Si on peut appeler ça ainsi.
La partie du bâtiment où je me trouve m'est inconnue. Alors les portes s'ouvrent, devant, se trouve une camionnette qui nous semble dédiée. C'est l'heure.

Un sourire se dessine sur mon visage. Je ne m'attendais absolument pas à cela. En l'espace de quelques secondes, des millions de souvenirs refont surface. C'est étrange, je n'ai pas l'impression d'être heureux, mais plutôt de l'excitation.
Bien que je sois optimiste, les jours ici semblaient moroses et monotones. J'avais débuté par des cours simples comme tout enfant né en captivité. Nous ne connaissons pas l'amour paternel ni maternel, du moins, je crois. Apprendre à lire et à écrire, comme les enfants d'antan. Avant que nous soyons réduit à l'état d'esclavage.
La vie ici n'était pas faite de misère et de faim, ou alors je ne m'en suis pas rendu compte. Comment puis-je comparer si je ne sais pas comment est la vie à l'extérieur.

Le véhicule démarre et alors je reste plongé dans mes rêves. Depuis petit je me vois dans une grande maison, en parfaite harmonie avec l'entourage. En train de ranger, nettoyer ou faire le linge. C'est peut-être ridicule d'un point de vue extérieur, mais c'est la vie que j'ai et que j'ai toujours eu.
Je n'ai guère trop de souvenir de mon enfance. La vie pour moi avait commencé à l'école ou j'ai appris avec plaisir malgré la sévérité des encadrants. Je ne sais même plus comment appeler tous ces gens.
Petit, je m’entendais bien avec les autres esclaves. Nous avions peu, mais nous étions jeunes. La vie ici, est devenue différente au moment où on a commencé à nous attribuer des spécialités, séparés, cloisonnés.

Certains visages me semble familier et tout le monde semble mort de trouille. Dois-je avoir peur aussi ? La seule fois ça m'est arrivé c'était lors de ces travaux, ce moment où le bout de verre, pendant un apprentissage de travaux manuels, a bien faillit me transpercer l’œil. La vue en moins, aurais-je été utile en tant qu'esclave ?

La route n'est pas très longue et je me pose des milliers de questions. Comment sont ces "boutiques", qui jusque là ne sont que des légendes pour moi. J'ai envie de faire marche arrière finalement. Ma vie monotone me manque déjà. Tous les jours debout à la même heure. Chaque jour ce travail d'apprentissage qui ne m'apprenait plus rien, mais qui était un moyen de faire passer le temps. Ce temps que je prenais plaisir à dévorer.
Il y avait ce garçon aussi. Qui est parti bien plus tôt que moi. Nous avions partagé la même chambre. Est-il heureux ? Comment s'appelle-t-il déjà ?

A mes yeux, les gardes n'étaient pas que des brutes sans âmes. Quand j'y repense, j'ai quelques fois parlé avec eux. Certains s'en tiennent au règlement, mais d'autres ont l'esprit un peu plus ouvert. Nous sommes des esclaves et pour certain le désir sexuel est à assouvir comme le besoin de parler. De nombreuses nuits accompagnées par de bonnes, ou de mauvaises personnes. Elles restent toutes vivantes et ont toutes ce besoin de parler.

Le véhicule s'arrête et enfin je peux descendre. La lumière est éclatante et l'air à une odeur différente ici. C'est ça la liberté ?  Ma vie n'a rien eu d'extraordinaire, mais elle est ainsi. Puis-je penser à commencer une autre vie ?

Nous passons un par un et ce que je suppose être les vendeurs nous examinent. Je n'ai pas vraiment envie d'écouter. Quand vient mon tour c'est assez rapide, mais ces gens semblent perplexe. Soit ça passe, soit ça casse. Apparemment je ne suis pas aux goûts de tout le monde. Que sont les goûts d'ailleurs ?

Qu'est-ce qu'il va se passer par la suite ? Mon regard repère une petite fenêtre, où je me perds un peu. Les rayons du soleil ont l'air chaud, pure ... Trop pure.

--------

Le vent est chaud, me caresse lentement la peau, glissant entre mes doigts et mes cheveux. Je tente de le saisir, mais il est impossible de lui arracher sa liberté. Mon regard se perd dans l’horizon, le soleil se couche derrière les dunes, tout est calme. La lumière brille, couleur du feu. Elle envahit l’espace. Lorsque le dernier rayon frappe la voûte terrestre tout devient blanc, trop blanc. Trop pure.

C'est le même rêve tous les matins. Depuis 7 ans je ne cesse de le refaire en boucle. Rien n'a changé hors mis que je suis peut-être plus virile et plus fatigué qu'avant. Personne ne veut de moi car je suis soit disant trop grand, encombrant. Je ne saurais dire mais voilà 7 ans que je suis ici.
Le vendeur s'est lié d'amitié avec moi si on peut voir ça comme ça. De temps en temps il me laissait et me laisse encore sortir fumer une cigarette avec lui pendant que le magasin est fermé. la journée, il fait juste semblant et moi, je lave jour après jour les murs de cette boutique. D'ailleurs c'est la plus propre du quartier. Je crois.

J'en ai vu défiler des jeunes. Toutes les races. Certains avaient l'air chanceux, d'autres sont surement dans un autre monde à ce jour. Je ne saurais dire à nouveau.
Chaque jour je ne fais que répéter un nouveau ou ancien parcours monotone. Je préférais le camp mais au moins ici c'est un peu plus grand. J'ai peu à peu perdu le sourire que je n'avais déjà pas trop. Certains ont faillit m'acheter, mais leur visage a déjà disparu de ma tête ... Alors j'attends.



۞ PRÉNOM OU PSEUDO : Max
۞ DOUBLE COMPTE ? non
۞ AGE DU JOUEUR : 22 piges
۞ COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? Partenariat
۞ COMMENTAIRE : Quelque chose à dire ? Une remarque sur le forum ? ...
۞ PRÉSENCE SUR LE FORUM : 4/7 ?
۞ CODE DU REGLEMENT :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 147
MessageSujet: Re: Nino [Fini] Jeu 13 Déc - 22:55
AAAAAAAAAAAH !!!!! GLADIOOOOOO !!!

*Reprend son calme.* Hm... Je te souhaite la bienvenue parmi nous, Nino ! J'espère que tu te plairas parmi nous. Ton perso me donne déjà envie de le manger.

Bon courage pour ta fiche et n'hésite pas si tu as la moindre question !

Biz ~~
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 27
MessageSujet: Re: Nino [Fini] Ven 14 Déc - 8:48
J'avoue, en voyant Gladio j'ai eu la même réaction que Leana ^^"

En tout cas, bienvenu ♥️
Bon courage pour ta fiche Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 20
MessageSujet: Re: Nino [Fini] Ven 14 Déc - 16:14
miam ...

Bienvene

*kidnappe le chien du vava*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 6
MessageSujet: Re: Nino [Fini] Dim 16 Déc - 11:06
Merci pour votre accueil ! C'est toujours plaisant d'avoir des petits mots d'encouragement comme ça !

Je pense avoir fini ma fiche au passage ! A vous de juger ♥️

*récupère son chien au passage*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 24
MessageSujet: Re: Nino [Fini] Sam 22 Déc - 2:01

Félicitation !

Tu fais désormais parti des nôtres !



Jtbz.

Ouais, non, il parait que ça se fait pas, comme ça, d'emblée, sur une fiche :c zut. Je manque de savoir vivre :c

En tout cas, c'est tout bon pour nous ! Very Happy

Donc file t'amuser avec ton bestiaux sexy B)

Voici ce qu’il te reste à faire pour pouvoir pleinement profiter à rp :

Tu dois répondre à TOUS les recensements te concernant (Obligatoire) ici,
Tu peux aller voir les demandes de rp ou en faire une ici,
Tu peux aller voir les demandes de maître ou en faire une ici,
Tu peux aller voir les demandes d’esclave ou en faire une ici,
Et tu peux même te créer un carnet de bord ici

En espérant que tu t’amuse parmi nous,

Asmodée le keukin ♥️.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Nino [Fini]
Revenir en haut Aller en bas
Nino [Fini]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale
» Ohoh, voici Liana ! [Fini.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostium Tenebris :: Formalités :: Présentations :: Humains Validés-
Sauter vers: